Alimentation par le sol

L'alimentation par le sol ou APS est une méthode d'alimentation électrique pour tramways développée par Innorail, filiale d'Alstom, basée en proche banlieue de Marseille.



Catégories :

Infrastructure ferroviaire - Technologie - Tramway - Propulsion alternative - Alimentation électrique - Distribution de l'énergie électrique - Électrotechnique - Génie énergétique - Alstom - Électrification ferroviaire - Chemin de fer

Recherche sur Google Images :


Source image : forum.sara-infra.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... Le problème, c'est qu'il n'y a aucun système pour nettoyer le rail APS devant les patins d'alimentation. Quelquefois, le tram s'arrête pour une simple... (source : )
Rail central d'alimentation par le sol du tramway

L'alimentation par le sol ou APS est une méthode d'alimentation électrique pour tramways développée par Innorail, filiale d'Alstom, basée en proche banlieue de Marseille.

Cette méthode consiste en l'implantation d'un troisième rail au milieu des deux autres ainsi qu'à l'utilisation de «frotteurs» conducteurs sous le tramway. Le rail d'alimentation est segmenté en tronçons qui sont alimentés seulement quand ils sont entièrement recouverts par le tram, évitant ainsi tout risque d'électrocution pour les autres usagers (piétons, cycles, motocyles).

Les solutions du début du XXe siècle

Dès la fin du XIXe siècle, des ingénieurs s'intéressèrent à l'alimentation des tramways électriques directement par le sol. Déjà à cette époque, les municipalités étaient réticentes à l'établissement de lignes aériennes dans les quartiers historiques. La première expérience fut menée à Lyon en 1894 par un dénommé Claret qui équipa une ligne de tramways (Pont Lafayette-Parc de la Tête d'Or) avec des plots installés dans l'axe de la voie. En 1896, la ligne Paris-Romainville est à son tour équipée.

Ce dispositif séduisant qui permettait de s'affranchir du fil aérien ou du transport de batteries à bord des voitures avait cependant ses limites. En réalité, pour des raisons de sécurité évidentes, les plots ne devaient être mis sous tension que lors du passage des tramways. Ceci nécessitait des solutions techniques complexes à mettre en œuvre et qui ne donnèrent jamais idéalement satisfaction.

Plusieurs dispositifs à contacts superficiels par plots virent le jour : Claret-Vuilleumier, Vedovelli, Diatto et Dolter.

Tous souffraient des mêmes maux récurrents. L'impossibilité d'obtenir à coup sûr la mise sous tension et en particulier la coupure d'alimentation après le passage du tramway. Il en résultait un grand danger pour les piétons et les chevaux.

Tous ces dispositifs disparurent en France dès 1910 et furent remplacés par des installations à caniveaux dans lesquels la voiture captait son énergie avec une charrue pénétrant dans une tranchée où étaient établis deux petits rails d'alimentation.

Les différentes solutions sont développées dans leurs aspects techniques dans l'ouvrage Les tramways parisiens de Jean Robert, édition 1959 (ouvrage distribué par l'auteur).

Tramway alimenté par le sol (Bordeaux)
Point de passage entre l'alimentation par les LAC et l'APS (Bordeaux)

Technologie Innorail

L'APS est aujourd'hui utilisée par le tramway de Bordeaux, site de la première implantation commerciale de cette technologie : la ville a pu ainsi conserver son centre historique sans dénaturer le paysage urbain par l'utilisation de câbles aériens. Le coût de l'APS est cependant supérieur à l'alimentation classique.

Après une complexe période de mise au point et le règlement de nombreuses difficultés techniques, le dispositif a dépassé le stade de l'expérimentation pour rentrer dans celui de l'exploitation normale. Pendant les premiers mois de 2004, jusqu'à sept versions ont été installées. Innorail a procédé aux améliorations suivantes :

Malgré un progrès sur le front des pannes, celles-ci sont demeurées habituelles jusqu'en octobre 2005 et la question de l'abandon de l'APS avait été ouverte. Cependant, une transformation de la ligne en tramway à alimentation aérienne aurait été synonyme de travaux coûteux et aurait entraîné l'interruption de la circulation des tramways pour plusieurs mois. La Communauté urbaine de Bordeaux comme autorité organisatrice de transports a par conséquent adressé un ultimatum au constructeur Innorail pour faire chuter le taux de pannes sous la barre des 1% avant la fin de l'année 2005.

Depuis 2005, des progrès énormes en matière de fiabilité du dispositif ont été réalisés, le taux de disponibilité du matériel dépassant désormais les normes fixées par la CUB à plus de 99% - proche de 100% pour la ligne C ou pour l'extension de la ligne A depuis sa mise en service le 26 septembre 2005. Ces bons résultats ont été couronnés du trophée de l'innovation dans la catégorie Environnement / Energie au salon Transports Publics en 2006.

Outre l'intérêt marqué de bon nombre de villes étrangères, l'APS a d'ores et déjà fait l'objet de nouvelles commandes en 2006, ce dispositif devant prochainement équiper les tramways des villes de Reims, Orléans et Angers. À ce jour Alstom demeure l'unique fabricant à offrir ce type de solution d'alimentation par le sol.

En juin 2008, c'est la ville de Dubaï qui choisit l'APS pour la construction de sa première ligne de tramway. [1]

En 2009, c'est la ville de Brasilia qui a commandé le dispositif d'Innorail pour son tramway pour un montant de 140 millions d'euros. [2]

Voir aussi

Notes, sources et références

  1. Le Figaro - Sociétés françaises : Alstom construira le premier tramway de Dubaï
  2. Alstom : contrat de 140M€ à Brasilia

Article connexe

Lien externe

More information, photographs and some sound clips from Bordeaux. (En Anglais)


Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Alimentation_par_le_sol.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu