Canon électrique

Le canon électrique, connu aussi sous le nom anglais de railgun — ou rail gun — d'où la traduction canon à rails – à ne pas confondre avec la passagère artillerie lourde sur voie ferrée – est une arme à projectile accéléré par une force électromagnétique,...



Catégories :

Arme - Arme militaire - Électromagnétisme - Électrotechnique - Électrotechnique expérimentale - Recherche scientifique - Arme de fiction - Concept de la science-fiction

Recherche sur Google Images :


Source image : mika-117.blog.jeuxvideo.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Dans un canon électrique, le projectile, qui doit être constitué d'une partie conductrice, est propulsé par un champ électromagnétique généré par des rails... (source : )
Test d'un canon électrique de la marine américaine en janvier 2008.

Le canon électrique, connu aussi sous le nom anglais de railgun — ou rail gun — d'où la traduction canon à rails – à ne pas confondre avec la passagère artillerie lourde sur voie ferrée (1914-1918 et 1939-1945) – est une arme à projectile accéléré par une force électromagnétique, comparable à celle qui fait tourner le moteur homopolaire.

Le principe

Le courant I et le champ magnétique B traversant le projectile produisent une force F

Le concept sous-jacent est certainement aussi ancien que la découverte de la force de Laplace (avec une proposition en France dès 1884, puis 1908, et une tentative de développement au cours de la Première Guerre mondiale qui fut abandonnée faute de résultat probant. Sa réalisation opérationnelle n'est toujours pas d'actualité. Il n'existe aujourd'hui que des prototypes utilisables en laboratoire.

Le concept est on ne peut plus simple : on établit une différence de potentiel électrique entre deux rails parallèles conducteurs de l'électricité et on insère entre eux un projectile conducteur et pouvant glisser ou rouler dessus, en faisant contact. Dès que le contact a lieu, un courant électrique circule entre les deux rails, un champ magnétique naît et le projectile est accéléré par la force de Laplace (interaction entre le courant qui circule dans le projectile et le champ magnétique créé).

Le canon électrique, à propulsion électromagnétique, ne doit cependant pas être confondu avec une autre forme, le canon magnétique, où le champ magnétique est parallèle à l'axe, et où le projectile, au lieu d'être parcouru par un courant est ferromagnétique.

On peut néanmoins, pour augmenter la force du canon électrique, renforcer le champ magnétique en ajoutant, de part et d'autre du plan constitué par les deux rails, des aimants créant un champ magnétique, perpendiculaire à l'axe, et de sens approprié pour s'ajouter au champ génèré par le courant.

Théorie

Les deux rails métalliques parallèles sont connectés à un générateur électrique, formant ainsi un circuit ouvert. Dès qu'un objet conducteur est inséré entre les rails, le circuit est fermé, et un courant le suit, allant du pôle + du générateur, par le rail +, l'objet posé, le rail –, vers le pôle – du générateur.

Ce courant crée dans la boucle ainsi constituée un champ magnétique de valeur B, qui s'enroule autour de chaque élément conducteur selon la loi de Biot et Savart ou le théorème d'Ampère. En supposant la boucle dans un plan horizontal, le champ magnétique créé va par conséquent être vertical dans le plan de la boucle. Il est par conséquent perpendiculaire au courant d'intensité I et exerce par conséquent sur lui, selon la loi de Laplace une force d'intensité B × I par unité de longueur.

Cette force, agissant sur le projectile, va le propulser le long des rails, et on peut montrer qu'il s'éloigne du générateur, agrandissant ainsi la surface de la boucle. C'est une conséquence de la loi de Lenz, plus générale. La force de Laplace propulse le projectile et exerce aussi de fortes contraintes sur les rails, le générateur et , peut-être, sur l'aimant.

Comme le champ magnétique B est proportionnel à l'intensité I du courant, la force de Laplace est proportionnelle au carré de l'intensité.

Une intensité d'un million d'ampères pourrait exercer sur le projectile une force inouïe, et il pourrait atteindre de très hautes vitesses. On a réussi à atteindre 20 km/s avec de petits projectiles projetés sur les rails par une explosion.

Technique

Choix des matériaux

Rails et projectile doivent être fabriqués de matériaux résistants et conducteurs. Ils doivent résister à la violence du projectile accéléré, ainsi qu'à la chaleur développée par l'effet Joule du courant particulièrement élevé, aux frottements, ainsi qu'aux décharges électriques des contacts mobiles, qui provoquent des dégâts sérieux aux surfaces.

Le canon doit aussi encaisser le recul dû à l'accélération du projectile, comme dans n'importe quelle arme. Le point d'application exact de cette force de recul est toujours sujet à controverse. Les traditions de l'artillerie veulent que ce soit sur la culasse de l'arme, c'est-à-dire la partie du circuit qui ferme la boucle en regard du projectile, mais certains s'appuient sur le théorème de Maxwell-Ampère pour affirmer qu'il est réparti tout au long des rails[1]. C'est certainement vrai stricto sensu, mais si on néglige les vitesses en jeu comparé à celle de la lumière, l'approximation des artilleurs reste convenable.

Un problème plus important est que, par unité de longueur, les rails se repoussent de côté précisément comme le projectile est poussé vers l'avant (toujours perpendiculairement). Il leur faut par conséquent résister à cette contrainte sans se tordre, et par conséquent être particulièrement solidement fixés sur un bâti indéformable, mais isolant pour éviter l'induction de courants qui représenteraient une perte.

Rendement

L'effet Joule, en chauffant les rails et le projectile consomme une partie de l'énergie, aux dépens du rendement de l'installation. La chaleur développée par cet effet, mais aussi par les frottements du projectile, présente trois inconvénients principaux :

En pratique, dans la majorité des réalisations, les rails s'usent extrêmement rapidement. Les projectiles aussi, mais ils ne servent par principe qu'une seule fois. L'usure des rails limite le temps de vie du canon, et leur échange standard est complexe compte tenu de la solidité indispensable de leur fixation et de la qualité exigée des contacts avec le générateur[2].

L'emploi de matériaux supraconducteurs est imaginable, mais pour l'instant bien peu réaliste (température, résistance mécanique, etc. ). D'autre part l'inductance du circuit limite le temps de montée de l'intensité du courant, limitant aussi le rendement moyen sur le temps total d'accélération.

Un arc électrique peut jaillir entre les rails, faisant ainsi un court-circuit destructeur et annulant l'effet sur le projectile. Certaines versions tentent d'exploiter cet effet d'arc électrique : un plasma est amorcé par une simple feuille de métal conducteur vaporisé par l'effet Joule ; ce plasma pousse alors le véritable projectile, non conducteur, comme les gaz d'un canon ordinaire, mais sans les problèmes liés à l'étanchéité ainsi qu'à la résistance mécanique nécessaires (le confinement étant réalisé par le système électromagnétique).

Le générateur

Le générateur doit être capable de délivrer de très forts courants, contrôlés et durant le temps indispensable à l'accélération du projectile. Pour mesurer l'efficacité du générateur, il faut principalement savoir l'énergie qu'il peut apporter, mesurée en joules. L'énergie maximale utilisée pour un canon électrique a été 10 millions de joules (MJ). Il suffit de savoir, pour avoir une idée rapide des chiffres, qu'un projectile de masse m kg, lancé à une vitesse v km/s possède une énergie cinétique de 0, 5 × m × v × v MJ[3]. Les formes usuelles de générateurs utilisés pour les canons électriques sont des générateurs impulsionnels à volant d'inertie, et des capacités.

Utilisation militaire

La filière du canon électrique est explorée car elle permettrait de développer des armes dont les projectiles ne contiennent pas d'explosif, mais ont une très grande vitesse : 3 500 m/s, soit approximativement Mach 10 au niveau de la mer, ou plus. Par comparaison le fusil Famas donne à ses balles une vitesse approximative de 950 m/s. Ceci donnerait aux projectiles une énergie supérieure à celle d'un obus explosif de masse égale, et permettrait par conséquent de transporter plus de munitions, en éliminant le danger du transport d'explosifs dans un char ou une tourelle de navire. Cependant, les problèmes d'usure des rails et des isolants doivent toujours être résolus avant que le canon électrique puisse entrer en service opérationnel.

À cause de la grande vitesse d'origine des projectiles, les canons électriques sont intéressants dans la lutte contre les missiles particulièrement rapides. Qui plus est , une plus grande vitesse donnerait une plus longue portée, moins de flèche à la trajectoire, et moins de sensibilité au vent. Elle court-circuiterait ainsi les limites inhérentes aux armes à feu conventionnelles, qui limitent, à cause des lois de la détente des gaz, les vitesses des projectiles à à peu près 1, 5 km/s et leur portée à à peu près 80 km[4].

Si on arrive à appliquer la technique à des armes automatiques à tir rapide, un canon électrique aurait des avantages en ce qui concerne la vitesse de tir. Les mécanismes d'une arme conventionnelle doivent assurer les manœuvres de culasse, le déchargement et le rechargement de chaque cartouche, tandis qu'un canon électrique, entre les coups, n'a qu'à assurer l'approvisionnement d'un nouveau projectile, ainsi qu'à apporter la puissance indispensable au rechargement du générateur. Un canon de 10 MJ tirant à 1 coup/s aurait besoin ainsi d'une puissance d'alimentation moyenne de 10 MW, soit la moitié de la puissance électrique totale installée sur le porte-avions nucléaire Charles-de-Gaulle, et en particulier, assurer le refroidissement en continu de la totalité.

Tests

L'abbaye de Dundrennan domine le champ de tir

Certainement, le plus ancien dispositif constamment satisfaisant a été construit par la <i>Defence Research Agency</i>   (en) (Agence de recherche de défense) britannique sur le champ de tir de Dundrennan à Kirkcudbright (Écosse). Ce dispositif est opérationnel depuis plus de 10 ans, dans un service d'étude des balistiques interne, intermédiaire, externe et terminale, et a battu plusieurs records de masse et de vitesse.

Le Pegasus construit par l'institut franco-allemand de recherches militaire de Saint-Louis (ISL) pouvait tirer en 1998 un projectile d'un kilogramme à la vitesse de 2 600 m/s pour une puissance de 15 GW. En comparaison, le même projectile à poudre ne dépasserait pas 1 800 m/s.

Les États-Unis (DARPA) depuis les années 1970, dans le cadre de l'«initiative de défense stratégique» du président Ronald Reagan, surnommée la «guerre des étoiles», financent des expériences de canon électrique.

L'Institut de technologie avancée de l'université du Texas à Austin a construit des canons électriques capables d'envoyer des obus perforants en tungstène d'une énergie de 9 MJ[5]. Cette énergie est suffisante pour lancer un obus de 2 kg à 3 km/s, ainsi qu'à cette vitesse, une tige de tungstène ou autre métal dense, peut aisément pénétrer dans un char, et peut-être passer à travers.

Le Centre de guerre navale de surface des États-Unis à Dahlgren (Virginie) y a testé un prototype de canon électrique, livré par BÆ Systems, qui a accéléré un obus de sept livres (3, 17 kg) à Mach 7, conçu pour être poussé jusqu'à 32 ou peut-être même 64 MJ. [6][7].

Le principal problème auquel la marine doit faire face dans ses mises au point est l'usure rapide des rails génèrée par l'énorme chaleur du tir. Ce genre d'armes devraient être assez puissantes pour provoquer légèrement plus de dommages qu'un missile BGM-109 Tomahawk conventionnel, pour une fraction du coût[8].

En février 2008, la marine américaine a testé un canon électrique avec complément magnétique : il a tiré un obus à 2 500 m/s avec 10 MJ. On prévoit d'augmenter sa vitesse d'origine jusqu'à 8 300 m/s, avec une précision suffisante pour toucher une cible de 5 m à 360 km, avec une cadence de tir de 10 coups/mn. On pense le réaliser vers 2020–2025[9].

Arme imaginaire

Les Railguns sont fréquemment utilisé en science-fiction ou dans des jeux vidéo pour figurer des fusils de précision particulièrement puissants, des dispositifs de destruction particulièrement puissants, ou des armes tirant à travers les murs (les projectiles étant tellement rapides qu'il traversent le mur sans perdre appréciablement de leur énergie cinétique). La distinction avec les canons magnétiques («coilguns»), ou rayons de la mort («rayguns»), y est fréquemment floue.

Jeux vidéo

Ils ont été rendus célèbres

En science-fiction

Dans le film l'Effaceur, avec l'acteur Arnold Schwarzenegger, une arme futuriste qui fait l'objet d'un trafic n'est autre qu'un canon électromagnétique ou électrique.

Dans le film Transformers 2 : la Revanche, l'armée américaine se sert d'un canon éléctrique pour détruire un Decepticon, ennemi des Autobots.

Notes et références

  1. Réponse à «Electrodynamic force law controversy» [ (en)  lire en ligne]
  2. «Le canon électrique de PowerLabs», [ (en)  lire en ligne]
  3. «Un canon électromagnétique : programme naval innovant» [ (en)  lire en ligne]
  4. David Adams, «Naval Railguns Are Revolutionary», [ (en)  lire en ligne]
  5. University of Texas, «EM Systems», [ (en)  lire en ligne]
  6. Technology Review : «Electromagnetic Railgun Blasts Off» [ (en)  lire en ligne]
  7. Erik Sofge, Popular Mechanics, «World's Most Powerful Rail Gun Delivered to Navy», [ (en)  lire en ligne], 14/11/2007
  8. Michæl Zitz, Fredericksburg. com, «A missile punch at bullet prices», [ (en)  lire en ligne], 17/1/2007
  9. Image et commentaires : [ (en)  Voir en ligne]

Source

Voir aussi

Liens externes

Théorie
Amateurs
Universités
Presse et médias

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Canon_%C3%A9lectrique.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu