IFA 2000

IFA 2000 est une installation de transmission d'électricité en courant continu à haute tension reliant les réseaux électriques de la France et du Royaume-Uni sous la Manche.



Catégories :

HVDC - Distribution de l'énergie électrique - Électrotechnique - Câble sous-marin

Recherche sur Google Images :


Source image : senat.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • sont propriétaires pour moitié de la liaison IFA 2000 et en assurent alternativement la conduite. L'exploitation conjointe de la liaison et l'organisation... (source : )

IFA 2000 est une installation de transmission d'électricité en courant continu à haute tension (HVDC) reliant les réseaux électriques de la France et du Royaume-Uni sous la Manche.

Le sigle vient de Interconnexion France Angleterre d'une capacité de 2 000 MW.

Historique

La première connexion de ce genre a été mise en service en 1961 entre les stations de redresseurs de Lydd, dans le comté de Kent (Royaume-Uni) et d'Echinghen, près de Boulogne (France). Le dispositif était équipé de redresseurs à vapeur de mercure. Pour diminuer au maximum les perturbations des compas magnétiques des navires naviguant à proximité et malgré le surcoût, une liaison bipolaire (à 2 câbles) a été choisie plutôt à une liaison monopolaire (un câble et retour du courant par la mer). Le câble avait une longueur de 64 kilomètres et était utilisé sous une tension bipolaire de 100 kV et avec un courant maximum de 800 ampères. La puissance maximum transportable était par conséquent de 160 MW, et la liaison fut baptisée IFA 160.

Cette première installation ne pouvant plus répondre à l'accroissement des besoins de puissance, elle a été remplacée en 1985 - 1986 par un nouveau lien HVDC, IFA 2000 d'une capacité de 2000 MW entre la France et le Royaume-Uni.

Choix de la transmission à courant continu

Les réseaux français et anglais ayant tous deux une fréquence de 50 Hz, il était envisageable d'envisager une liaison à courant alternatif. Cependant, on a préféré une liaison HVDC pour garder un réglage de la fréquence indépendant dans les deux pays, et pour mieux contrôler les échanges de puissance.

Article détaillé : HVDC.

Les deux nouvelles stations de conversion à thyristors sont implantées, l'une à Sellindge au Royaume-Uni, l'autre au poste des Mandarins, localisé à Bonningues-lès-Calais en France. Ce lien HVDC est long de 73 km. La partie sous-marine, longue de 46 km, comporte quatre paires de câbles à 270 kV posées entre Folkestone (Royaume-Uni) et Sangatte (France), chaque paire étant scindée de ses voisines par un kilomètre à peu près. La partie terrestre comporte quatre paires de câbles de 18, 5 km de longueur en Angleterre, et 6, 35 km en France. Les câbles sous-marins ont été enfouis en fond de mer par ensouillage à une profondeur moyenne de 1, 5 mètre, pour éviter qu'ils ne soient accrochés par les chaluts des bateaux comme ce fut régulièrement le cas pour la première installation, qui, pour cette raison, eut un taux de disponibilité ne dépassant guère les 50 %.

Jusqu'en 2001, cette liaison a été exploitée exclusivement par EDF. Suite à l'ouverture du marché de l'électricité à la concurrence, elle est exploitée, depuis le 1er avril 2001, conjointement par la société française RTE (Réseau de transport d'électricité), et par son homologue britannique National Grid.

Bilan en 2006

Cette liaison fonctionne régulièrement à sa pleine capacité de 2 000 MW. Sa disponibilité, prévue à l'origine pour être de 95 %, a atteint ces dernières années les 98 %, ce qui la classe parmi les plus performantes au monde.

Depuis 1986, cette liaison a permis l'échange de 276 TWh, dont la presque totalité (97, 5 %) dans le sens France vers le Royaume-Uni, soit l'équivalent de l'alimentation de 3 millions de foyers britanniques, représentant 5 % de l'électricité disponible au Royaume-Uni.

Perspectives futures

Des études sont en cours pour accroître toujours la disponibilité de cette liaison, et peut-être pour augmenter de 1 000 MW la capacité d'interconnexion. Il est cependant complexe de prédire le futur de ces échanges et le dimensionnement parfait du lien au vu de l'évolution de la demande d'énergie en Europe.

Bibliographie

Notes


Liens externes


Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/IFA_2000.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu