Protection des réseaux électriques

La protection des réseaux électriques sert à désigner la totalité des appareils de surveillance et de protection assurant la stabilité d'un réseau électrique.



Catégories :

Distribution de l'énergie électrique - Électrotechnique - Production de l'énergie électrique

Recherche sur Google Images :


Source image : decitre.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Protection des réseaux électriques est destiné aux ingénieurs, aux.... de concevoir et de régler les dispositifs de protection d'un réseau électrique.... (source : )
Salle de commande d'une centrale électrique en Allemagne.

La protection des réseaux électriques sert à désigner la totalité des appareils de surveillance et de protection assurant la stabilité d'un réseau électrique. Cette protection est indispensable pour éviter la destruction accidentelle d'équipements coûteux et pour assurer une alimentation électrique ininterrompue.

La plupart des systèmes de fourniture d'énergie électrique sont interconnectés et doivent bénéficier de telles protections.

Un poste de distribution électrique à Galesburg, Illinois.

Un réseau électrique comporte trois parties :

Dans l'une ou l'autre de ces parties, chaque ouvrage peut être l'objet d'incidents, tels que panne, fonctionnement aberrant, fuite ou court-circuit dû à une cause externe. C'est pourquoi toute une panoplie d'appareils est installée pour éviter que ces incidents ne détruisent l'ouvrage, ou ne compromettent la qualité de fourniture d'énergie. Parmi eux, nous distinguons 3 catégories :

La qualité de fonctionnement de ces appareils et surtout des protections, est toujours essentielle. Elle peut cependant être appréciée de manière différente suivant qu'on s'intéresse à l'une ou l'autre des trois parties du dispositif.

Protection des groupes de production

Unité de production à la centrale hydroélectrique d'Hydro-Québec, à Shawinigan.
Pylône à haute tension.

Dans une centrale de production, les protections ont pour but d'éviter la détérioration des alternateurs ou transformateurs en cas de fonctionnement dans de mauvaises conditions, générées par des défaillances internes, telles que défauts d'isolement ou panne de régulation. De telles défaillances sont rares sur des matériels correctement conçus, fabriqués, installés, entretenus et exploités, les protections n'ont à fonctionner que particulièrement exceptionnellement.

Par contre si une protection est défaillante lors d'un incident, les dommages causés à l'alternateur ou au transformateur peuvent avoir des conséquences financières importantes. Ces dernières restent internes à la compagnie de production d'électricité : perte de production, qui devra être compensée par des moyens de production moins économiques, sous réserve que la compagnie dispose de moyens de production disponibles, déjà synchronisés au réseau ; et bien bien entendu la réparation de l'appareillage endommagé.

Protection des ouvrages du réseau de transport

Sur un réseau de transport, le problème se pose de manière complètement différente :

Initialement, une ligne aérienne, qui passe sur le domaine public, est périodiquement sujette à des courts-circuits (ou «défauts» dans le jargon de l'exploitant), dus aux coups de foudre, aux arbres mal élagués, aux grues et engins de grande hauteur œuvrant au voisinage, au vent, à la pollution, ... Une bonne conception de la ligne et une bonne maintenance peuvent les minimiser, mais jamais les éliminer. A titre d'exemple, en France, sur le réseau de transport de RTE (gestionnaire du réseau de transport d'électricité) , le nombre de courts-circuits observés en moyenne pour 100 km de liaison aérienne est de 2 par an en 400 kV, 8 en 225 kV, 12 en 90 kV et 18 en 63 kV.

D'autre part, le courant du court-circuit circulant dans la terre (au voisinage du pylône en court-circuit) entraîne une surtension dans le sol qui peut avoir des conséquences importantes à l'intérieur d'un certain périmètre autour du pylône concerné, comme la déterioration des matériels électriques et électroménagers, ou l'électrisation des hommes et des animaux. Les dimensions de ce périmètre "à risque" sont particulièrement variables suivant le niveau de tension, le type de sol (granite, gravier, marais... ) et l'humidité du sol, et le risque reconnu. Les conséquences d'un dysfonctionnement des relais de protection ne sont dans ce cas pas seulement financières, mais peuvent mettre en danger des vies humaines ! C'est pourquoi les dispositifs de protection sont redondés : la défaillance d'une protection est ainsi palliée par le fonctionnement d'autres protections situées peut-être en d'autres points du réseau. Ceci peut conduire à la mise hors tension de plusieurs ouvrages. L'alimentation électrique de toute une région peut alors se trouver perturbée.

Le fonctionnement défectueux d'une protection peut par conséquent avoir pour conséquence la coupure d'un ou plusieurs clients, ou alors d'une ville entière, clients prioritaires compris. Or, l'impact de la coupure d'un client industriel ne se limite pas à l'énergie non vendue au cours de la coupure, ainsi qu'aux pertes de production pour l'industriel. Pour minimiser l'occurrence de telles situations, l'étude du fonctionnement des protections, normal et en secours, fait l'objet d'un plan d'ensemble.

Protection des ouvrages du réseau de distribution

Relais de protection utilisé en distribution

Sur un réseau de distribution, les mêmes considérations peuvent s'appliquer, mais les conséquences d'un dysfonctionnement sont à une échelle moindre. C'est généralement au niveau du réseau de distribution qu'on implante un plan de délestage électrique.

Notion de sélectivité

La totalité des protections d'un réseau forme un dispositif. La sélectivité a pour but d'isoler le plus rapidement envisageable la branche en défaut, et d'éviter de couper injustement des branches saines. On peut distinguer trois types de sélectivité :

Sélectivité ampèremétrique

La sélectivité ampèremétrique repose sur des réglages de courant de déclenchement décroissant vers l'aval du réseau. Plus on est près du consommateur, plus le courant réglé sera faible. C'est la sélectivité ampèremétrique qui est par exemple utilisée dans les tableaux résidentiels (un disjoncteur général 40 ou 63 A différentiel en tête, et des disjoncteurs 10 à 32 A pour les différents équipements de la maison).

Sélectivité chronométrique

La sélectivité chronométrique agit indépendamment du courant. On augmente la temporisation (généralement 300 ms) par étage de réseau. Ainsi, on attend à chaque niveau que les niveaux avals aient le temps de couper le défaut, avant de couper une plus grande partie du réseau.

Sélectivité logique

La sélectivité logique requiert un échange d'informations entre les différents organes de protection. En effet, la première protection détectant un défaut envoie un ordre de «blocage» aux autres protections, les empêchant ainsi de déclencher.

Généralement, on utilise au moins deux des trois types de sélectivité sur les réseaux de distribution, afin d'avoir un dispositif de protection sûr, efficace et fiable.

Voir aussi

Liens externes

Les principes de fonctionnement des différents appareils utilisés sur les réseaux de transport y sont décrits, mais aussi leurs modalités d'installation et le calcul de leurs réglages. Quelques informations sont aussi données sur les protections des groupes de production. Par contre, la protection des réseaux de distribution n'est pas abordée.


Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Protection_des_r%C3%A9seaux_%C3%A9lectriques.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu